Qualité de l’année

Qualité des blés tendres français à l’entrée des silos de collecte

Enquête Arvalis et FranceAgriMer
La situation des cultures s’annonçait bonne jusqu’à la fin mai 2016. L’automne et le début d’hiver doux avaient provoqué une forte croissance, beaucoup de tallage et un redressement précoce des plantes. La fin d’hiver et le début de printemps ont également été favorables à la poursuite de leur développement : frais et pluvieux aux périodes adéquates. Par la suite, la survenue d’une période de pluies à la fois démesurée et durable
combinée à un déficit de rayonnement tout aussi anormal a engendré une cascade de difficultés. Les volumes comme les qualités du blé tendre de la moitié Nord de la France s’en sont alors trouvés fortement affectés, tandis que le Sud est resté relativement épargné.
En 2016, la production de blé tendre français est estimée en baisse de 24 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années soit une production qui s’établit à 28,2 millions de tonnes. En cause, les rendements historiquement bas de cette année, évalués à 54 q/ha, élaborés avec peu de grains par épi et de faibles poids de mille grains (PMG).

Téléchargez la plaquette : Qualité des blés français – récolte 2016 – édition septembre 2016

Qualité des blés durs français à l’entrée des silos de collecte

Enquête Arvalis et FranceAgriMer
2016 aura été marquée par une cascade d’évènements climatiques hors du commun avec des conséquences sans précédent pour une partie de la production de blé dur français tant sur les volumes que sur les qualités.

Téléchargez la plaquette : Qualité des blés durs français – récolte 2016 – édition septembre 2016